Haut de page
FacebookTwitter



Octaryon  >  Blog  >  Anticipation / Cyberpunk / Hard SF  >  Shangri-La, une BD de science-fiction hors-norme.

Shangri-La, une BD de science-fiction hors-norme.

Publié dans BD le 07/01/2017 par Octaryon
Collection : Shangri-La
Une chose est sûre : Shangri-La, de Mathieu Bablet, parue chez Ankama Editions, restera dans l’histoire de la BD de science-fiction. Et ce, pour de multiples raisons. Essayons de voir ensemble ce qui la caractérise le plus, en passant en revue trois de ses principales caractéristiques.

Un impressionnant travail scénaristique

Sur près de 225 pages, excusez du peu, Shangri-La relate la vie d’une station spatiale dirigée par une compagnie omnipotente, Tianzhu. Les événements ont lieu dans un futur assez lointain et nombreuses sont les références faites à notre époque actuelle, devenue un passé brumeux composé de souvenirs éparses. Ce qui semble sûr, c’est que la catastrophe d’ampleur mondiale ayant entraîné l’impossibilité de vivre sur la Terre, a eu lieu au cours du 21ème siècle. Depuis, l’atmosphère étant devenue irrespirable, obligeant des centaines de milliers de rescapés à vivre reclus dans la station spatiale.

"Les humains vivent là dans un monde illusoire ..."

Tianzhu est le prototype même de l’entreprise gouvernementale d’un monde cyberpunk. Toute la vie et l’activité sociétale, du travail aux loisirs, de la production à la consommation, de la vie à la mort, est tournée en fonction de Tianzhu. Les humains vivent là dans un monde illusoire, auto-alimenté, inondé de publicités aux produits inutiles, et au sein duquel la seule préoccupation véritable, est de se procurer la toute dernière tablette Tianzhu. Tablette évidement indispensable pour vivre, manger, accéder à son minuscule appartement aux cloisons verticales en forme de « F » … sans compter l’inégalable efficacité procurée aux dirigeants de la compagnie pour géo localiser les habitants de la station et espionner leurs faits et gestes. La station est alors une fausse utopie, un monde où l’homme n’a plus à se préoccuper de ses malheurs d’autrefois. Il ne se pose plus de questions existentielles. Il a un travail, un « chez soi » et, surtout, l’illusion de vivre en totale liberté. Illusion, oui, car en réalité, il est tout sauf libre, mais ça, personne ne s’en aperçoit.

 

 

Personne, sauf quelques-uns bien sûr. Là seront les principaux protagonistes de l’histoire. Un petit groupe de résistants qui aimeraient bien rejoindre la vraie Résistance emmenée par son charismatique leader : Mister Sunshine. Avec la très mystérieuse direction de Tianzhu et la population savamment asservie, ces deux entités auront, elles aussi, un rôle prépondérant tout au long de l’histoire.

Enfin, comment ne pas évoquer les animoïdes : des créatures humanoïdes à têtes d’animaux, créées de toute pièce par les hommes. Leur place active dans la société, leurs capacités à effectuer le travail demandé, à vivre comme les hommes, à échanger, à discuter, leur confère un statut quasi d’égal à égal avec leurs créateurs. Néanmoins, cela permet surtout à Tianzhu de créer une communauté minoritaire sur laquelle les humains pourront épancher leur trop plein de colère et, ainsi, mieux contrôler la masse. Les animoïdes, vous l’aurez compris, sont donc les souffre-douleurs d’une humanité manipulée, contrôlée et partant de plus en plus à la dérive.

"... un monde où l’homme n’a plus à se préoccuper de ses malheurs d’autrefois"

Mais au fait, qu’est-ce que Shangri-La ? Shangri-La est le nom d’une plaine sur Titan, le plus grand satellite de Saturne. C’est aussi la destination prévue par une branche scientifique de Tianzhu pour y envoyer les premiers humanoïdes, les homos stellaris. Ces derniers deviendront la future main d’œuvre gratuite des hommes de la station en effectuant, à leur place, les tâches les plus ingrates. Or, ce projet, sur le point d’aboutir, repose sur  l’utilisation de l’antimatière et la création de la vie à partir de « rien », si ce n’est, bien sûr, cette fameuse antimatière. Dernièrement, les expériences de ces scientifiques se sont révélées particulièrement dangereuses. Scott, le personnage central, est missionné pour enquêter sur des explosions ayant eu lieu dans les laboratoires de recherches atomiques exploités par ces mêmes scientifiques.

Le décor est donc posé. De là, vont s’enchaîner des événements de plus en plus dramatiques. La Résistance va-t-elle réussir sa révolution ? La population va-t-elle se réveiller ? Quels mystères cachent les dirigeants de Tianzhu? Que souhaitent réellement accomplir les scientifiques avec leur projet défiant la création divine ? Quels seront les destins de ce petit groupe de résistants par qui tous les engrenages de l’histoire vont passer ? C’est ce que vous découvrirez en vous plongeant sans peine de cette incroyable BD.

Et maintenant, place à l’artiste …

"Sous un trait simple mais direct ... les détails se révèlent par centaines."

Une technique aboutie

Les bulles prenant en compte la distance des interlocuteurs vis-à-vis du lecteur, les astuces de représentations des personnages, dans ces mêmes bulles, lorsqu’ils ne sont pas visibles sur la case, la succession de planches monochromatiques avec celles multicolores étant liées à des thèmes différents, les cases pleines pages donnant naissance aux moments clés, la noirceur d’une absolue simplicité désignant l’espace dans toute son infinité, rien ne semble avoir été laissé au hasard. Sous un trait simple mais direct, plus réaliste pour les objets et l’environnement que pour les personnages, les détails se révèlent par centaines, chacun apportant sa pierre à l’édifice narratif. On est là devant quelque chose de grandiose. On se surprend à regarder pendant plusieurs minutes des pages entières, à revenir dessus, juste pour le plaisir des yeux. Les personnages ont des expressions incroyables. Les planètes et soleils sont d’un réalisme surprenant. Les décors des stations : variés et fournis. Mêmes les affiches publicitaires ont dû nécessiter un énorme travail, tant le souci du détail transparait à chaque coin de page.

De ce côté-là aucun doute n’est permis, Shangri-La se positionne dans le haut du panier. Même si, d’habitude, je penche vers plus de réalisme concernant les traits physiques des personnages, force est de constater que le tout forme une remarquable unité artistique. Chapeau, Monsieur Bablet.

 

"Malgré ces différents sujets ... l’ensemble reste d’une totale cohérence."

Des thèmes importants

Par où commencer ? Il y en a tant et tous sont si importants ! La dictature d’un régime, aussi pacifique et bienfaiteur qu’il y parait, l’évolution de l’homme, l’enjeu des progrès scientifiques, la colonisation spatiale, les problèmes climatiques majeurs … C’est aussi là que Shangri-La impose le respect. Malgré ces différents sujets, ces thèmes sous-jacents, l’ensemble reste d’une totale cohérence. Aucun des aspects n’est délaissé au profit d’un autre et tous sont traités avec la même vigueur et rigueur. L’histoire se chargeant d’apporter les changements d’importance à leur évolution, leur conséquence, leur morale propre. Nous pourrions donc évoquer l’emprise totalitaire qu’une méga corporation peut exercer sur le peuple grâce à son monopole commercial, industriel, scientifique et politique. Que dire aussi de la violence qui accompagne irrémédiablement les mouvements de révoltes. Sont-ils si inévitables que ça ? De quoi l’homme est-il réellement conscient ? Peut-il se détacher des paradigmes qui dictent sa vie quotidienne ? Quelle place doit avoir la science dans notre vie ? Les voies scientifiques sont-elles les bonnes ? A acquérir de plus en plus de connaissances, ne risquons-nous pas de nous écarter de notre rôle fondamental, celui d’évoluer peu à peu, au rythme universel de la nature ? Ce sont toutes ces questions et bien d’autres qui sont posées dans Shangri-La. Les réponses ne sont pas données noir sur blanc. C’est à vous, lecteurs et lectrices, qu’il revient de les trouver !

Pour résumer.

Arrêtons là les éloges. Vous l’avez compris depuis longtemps, et comme indiqué dès les premières lignes, Shangri-La marquera la BD de science-fiction pour longtemps encore. J’espère vous avoir procuré l’envie d’acquérir cette BD et de la dévorer à pleins yeux. Quant à moi, je vous laisse … je ressens déjà le besoin de me replonger immédiatement dans cette extraordinaire aventure qu’est Shangri-La.

Nous profitons de ce 1er article de l’année, pour vous souhaiter à toutes et à tous une très bonne et heureuse année 2017.

 

Tous les commentaires

commentaire pour Shangri-La, une BD de science-fiction hors-norme..1

Actualités des membres

Rechercher